Les Représentants Syndicaux

  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux
  • Les Délégués syndicaux

MA MUTUELLE

La Fédération Inova CFE-CGC propose à ses adhérents qui font valoir leurs droits de départ à la retraite une adhésion à la mutuelle CGAM à un tarif préférentiel

TELECHARGER LA PLAQUETTE

Affiches CFE-CGC

  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow

Les Délégué-es Syndicaux Euro Disney

Actualité sociale

Le régime des accidents du travail, présidé par les employeurs, en excédent ?

 

Oui, mais c’est le résultat de plusieurs détournements :

 

-          une réparation des préjudices loin de compenser la réalité des accidents,

-          une réparation conditionnée à de multiples contrôles tatillons pour décourager les salariés de leurs droits,

-          une déclaration des risques par les employeurs très insuffisante (L 461-4), sans aucun contrôle des caisses de cette fraude

-          une déclaration par les médecins traitants très insuffisante (L 461-6) sans aucun essai de l’intégrer dans la convention médicale,

-          une imputation des accidents du travail très insuffisante car très difficile à caractériser :

plus d’un quart des hôpitaux ne déclare aucun patient en accident du travail mais en maladie,

-          une prévention largement insuffisante avec des moyens de plus en plus réduits en préventeurs.

 

 

La CFE-CGC n’admet pas cet état de fait et déplore ces détournements (1 milliard d’euros versé de la branche AT à la branche maladie).
Ce reversement forfaitaire, négocié ne lui paraît pas une mesure propre à faciliter transparence et visibilité de la réalité.

 

COMMUNICATION CFE-CGC INOVA EURO DISNEY  

 

Suite à la convocation du Comité d’Entreprise d’Euro Disney le 6 octobre à 7h, la section syndicale CFE-CGC Euro Disney se félicite de la recapitalisation de la société à hauteur   d’1 milliard d’euros.

 Avec ce soutien de la maison mère, la Walt Disney Company permettra :

  non seulement de préserver l’emploi (environ 14 000 CDI actuellement),

 de continuer à générer 50 000 emplois directs et indirects en Ile-de-France,

 de garantir le pouvoir d’achat des salariés,

 de permettre à Euro Disney de rester la première destination touristique d’Europe,

 de poursuivre les investissements dans de nouvelles attractions et spectacles et ainsi de continuer à créer des emplois particulièrement auprès des jeunes.

La section syndicale CFE-CGC continuera à défendre les intérêts des salariés de l’encadrement dans cette entreprise.

Richard Leclerc

Président du Syndicat National des Métiers des Loisirs CFE-CGC

 

La CFE-CGC participe à la totalité du sommet mondial des femmes 2014 qui réunit 80 pays, 1300 participant (e) s à Paris pour 3 jours de travaux afin de permettre aux femmes de redessiner l'économie et les sociétés.

Carole Couvert, présidente de la CFE-CGC, interviendra demain samedi 7 juin de 14h45 à 16h15 dans la table ronde intitulée
"Comment concilier carrière et parentalité pour conserver tous les talents en entreprise "Cette table ronde sera animée par Ursula Schwarzenbart directrice des talents et de la diversité de Daimler AG (Allemagne)
avec la participation de :

Elisabeth Richard chargée de la place des femmes au sein de la direction des communications GDF Suez (France),
Christian Sanchez directeur du développement social LVMH (France),
Sam Jones créateur et directeur Data Morphosis Group (Grande-Bretagne).

 Enquête sur un malaise  

 

Le thème de la souffrance au travail a été popularisé ces dernières années. Or très peu d’enquêtes ont été réalisées sur la population des cadres parce que leur malaise est peu visible. Il n’en est pas moins profond. Les médias se font parfois l’écho de cadres qui se révoltent… mais ce sont les exceptions qui

confirment la règle ! La plupart des cadres souffrent en silence.

Denis Monneuse le démontre à partir de plus d’une centaine de

témoignages et anecdotes recueillis ces dernières années dans de grandes entreprises ainsi que dans quelques PME. Quelles sont les sources du « malaise des cadres » ? Pourquoi leur souffrance ne s’exprime-t-elle pas haut et fort ? Leur silence est-il passif, stratégique ou consentant ? Sont-ils condamnés au burn-out ou bien à démissionner pour changer de vie et retrouver du sens ? Les entreprises ne devraient-elles pas au contraire « chouchouter » leurs cadres ?

Un livre percutant dans lequel de nombreux cadres se reconnaîtront.

La CNAV aura-t-elle les moyens de remplir sa mission ?

 La loi a confié à la CNAV la gestion et le contrôle du compte pénibilité.

Cette nouvelle mission nécessite des moyens supplémentaires évalués à 400 salariés.

L’enjeu consiste à attribuer à chaque salarié soumis à des facteurs de pénibilité, des points, logés sur un compte spécifique. Á terme, le salarié pourra bénéficier d’une action de formation favorisant  une reconversion vers un emploi moins pénible, assurer un complément de rémunération lors d’un passage à temps partiel en fin de carrière ou obtenir des trimestres supplémentaires d’assurance vieillesse, permettant un départ en retraite anticipé pouvant atteindre deux ans.

 La CFE-CGC n’a toujours pas de réponse des pouvoirs publics sur les moyens qui seront mis en œuvre afin de faire appliquer la loi. La CFE-CGC s’inquiète de l’impossibilité de mettre en application ce texte.

Lire la suite...